Crise du Coronavirus

Numéros et contact utiles



Contactez le Comité du Haut-Rhin par mail : cd68@ligue-cancer.net


Numéros nationaux :

  • Écoute et soutien : 0800 940 939
  • Écoute et soutien médicaux : 01 53 55 24 45
  • Questions sociojuridiques : 01 53 55 25 30

Information Coronavirus

6 JUILLET 2020

URGENCE : PENURIES DE MEDICAMENTS


Pendant l’épidémie liée au nouveau coronavirus, la France a été confrontée à un problème majeur de pénuries de dispositifs médicaux et de médicaments.

Pourtant, ces dernières n’ont pas attendu la crise de la Covid-19 pour apparaître et entraîner de lourdes conséquences pour les personnes malades.

Depuis plusieurs années, la Ligue contre le cancer se mobilise pour lutter contre ce problème.

Pour mieux qualifier l’ampleur des conséquences des pénuries, la Ligue a réalisé une enquête auprès des personnes malades et des soignants spécialisés en cancérologie en novembre 2019. Le constat dressé grâce aux résultats de cette enquête est alarmant !

En effet, les trois quarts des professionnels interrogés ont déjà été confrontés à un problème de pénuries de médicaments contre le cancer. Selon 75% des soignants, le problème aurait tendance à s’aggraver depuis 10 ans. Ce vécu inquiétant ne fait que refléter un triste constat, de l’aveu même des autorités sanitaires : l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM) déplorait 1499 pénuries ou tensions d’approvisionnement en 2019 contre 404 en 2013, soit une augmentation de plus de 350% ! L’information sur le phénomène apparaît également très lacunaire, tant pour les professionnels que pour les personnes malades.

Par ailleurs, les conséquences directes des pénuries de médicaments pour les personnes malades sont graves et multiples. Au-delà de l’incompréhension, de l’inquiétude et de la colère suscitées chez ces dernières par les pénuries de médicaments auxquelles elles ont été confrontées dans le cadre de leurs traitements contre le cancer, l’indisponibilité des produits est susceptible d’entraîner des pertes de chance. Ce constat est confirmé par 75% des professionnels interrogés. Pire encore, plus du tiers des oncologues questionnés font le constat d’une détérioration de la survie à cinq ans de leurs patients victimes de pénuries de médicaments contre le cancer. Si les autorités publiques et les industriels du médicament avaient conscience du problème bien avant l’épidémie de Covid-19, les actions concrètes pour répondre aux besoins des personnes malades ne semblaient pas être une priorité.

La situation était déjà dramatique en novembre 2019, elle le sera d’autant plus après la crise sanitaire que nous traversons. Il est urgent d’agir contre ces pénuries de médicaments dont l’enjeu essentiel, en dehors de toute considération industrielle ou politique, est l’intérêt des personnes malades à disposer des meilleurs soins.

Seule votre générosité nous permet de défendre les droits des personnes malades : aidez-nous à mener ce combat.

►  JE FAIS UN DON A LA LIGUE


15 MAI 2020

"Ne pas avoir peur de se faire dépister ou traiter ...
Des oncologues et la Ligue contre le cancer tirent le signal d'alarme : la crise de Covid-19 et le confinement ont provoqué un retard dans le dépistage ou le traitement des cancers."


7 MAI 2020

LA LIGUE CONTRE LE CANCER ALERTE SUR LA DANGEREUSE DÉGRADATION DE LA SITUATION DES PERSONNES CONCERNÉES PAR LE CANCER

Au contact des personnes malades atteintes de cancer et de leurs proches depuis les premiers jours de la crise via son maillage territorial ainsi qu’un dispositif d’aide et d’écoute exceptionnel, la Ligue contre le cancer dispose d’un retour terrain édifiant. La ligne téléphonique mise en place depuis le début du confinement a, par exemple, reçu des milliers d’appels. Beaucoup témoignent de la multiplication des problèmes quant à la continuité des soins contre le cancer.

Quelles sont les conséquences de l’épidémie de COVID-19 pour les personnes atteintes d’un cancer ?

• Le retard de diagnostic : une perte de chance considérable

Le cancer touche plusieurs millions de Français aujourd’hui. La Ligue oeuvre chaque jour pour le dépistage et la prévention, armes efficaces contre le cancer. Plus la maladie est détectée précocement, meilleures sont les chances de la soigner avec succès. Aujourd’hui, la situation tendue des établissements de soin, la fermeture de plusieurs services (radiologie, scanner, etc.) et la hiérarchisation des prises en charge engendrent des retards de diagnostics mettant en péril de nombreuses vies. Une réalité qui aura également pour corolaire des traitements plus lourds et plus couteux à l’avenir.

« Nous savons déjà par exemple que des personnes qui constatent l’apparition d’un grain de beauté ou une boule au sein ne feront pas actuellement la démarche de consulter. Cette situation ne peut durer éternellement : un diagnostic tardif c’est évidemment un processus de soin tardif, donc beaucoup plus lourd avec des chances de rémissions inférieures. C’est une réalité concrète terrible pour ces personnes et une difficulté supplémentaire qui se profile pour notre système de santé. Bien que les établissements de soins hospitaliers et ambulatoires se soient globalement organisés de façon extrêmement réactive face à l’épidémie, ce que nous constatons sur le terrain n’est pas tenable. Il est aujourd’hui absolument nécessaire d’assurer un suivi à distance des personnes en traitement et de les accompagner en ville durant cette crise COVID-19 mais aussi au-delà car les cas seront nombreux. Nous avons soutenu les mesures initiales préconisées par le Haut Conseil de Santé Publique (décalage des cures, d’interventions non urgents, protocoles plus concentrés de radiothérapie, etc.) en suivant une ligne de conduite simple : trouver un compromis entre les meilleures chances du traitement des tumeurs et la préservation des malades vis-à-vis du Covid-19. Maintenant, à quelques jours du déconfinement, il convient sans délai que les personnes atteintes de cancer ou nécessitant dépistage ou vaccination, doivent réintégrer un parcours de soins rassurant, efficace et disponible. L’angoisse des malades ne doit pas être minimisée, elle exige un dialogue qui paraît aujourd’hui impossible. » précise le Président de la Ligue contre le cancer, le Professeur Axel Kahn.

• Pour les personnes déjà diagnostiquées : le stress engendré par les reports, décalages, modifications, voire par l’arrêt temporaires des traitements et l’interruption des soins de support est réelle

  • Parmi les nombreux changements constatés :
  • Reports de traitements,
  • Substitution des médicaments par voie orale,
  • Limitation voire l’interruption de l’aide à la toilette de certaines personnes seules et âgées,
  • Arrêt des soins de kinésithérapie et de la prise en charge de la douleur,
  • Interruption du suivi psychologique (lorsque les structures n’ont pas mis en place des consultations à distance)
  • Impossibilité́ d’accès à certains soins palliatifs pour les personnes en fin de vie à domicile avec difficulté́ de ré-hospitalisation en cas d’urgence.

Ces situations engendrent de l’incompréhension et des inquiétudes de la part des personnes malades, qui redoutent une moindre efficacité́ du protocole engagé, la progression ou la récidive de leur cancer. Elles craignent des pertes de chance liées aux reports et modifications des protocoles de leur traitement, ce qui déclenche parfois une angoisse de mort. Certaines d’entre elles se posent la question de la pertinence de la reprise du traitement passé un certain délai, ont des doutes sur l’équivalence de performance et expriment des inquiétudes quant aux possibles effets indésirables qui peuvent survenir à domicile.

« Les personnes ont peur de mourir car elles ne sont pas soignées. Elles ont peur que le cancer soit plus important ou qu'il se propage » explique un Comité́ départemental de la Ligue contre le cancer

• Les proches deviennent des « professionnels de santé », malgré eux

Les proches aidants sont des victimes collatérales de cette situation et font face, comme l’a constaté la Ligue, à une gestion forcée des soins à domicile, soins curatifs (voire palliatifs) de leur proche malade. A cause du confinement, ces aidants sont isolés quand la fin de vie est organisée à domicile. Ils ne disposent pas toujours du matériel médical et de l’accompagnement humain nécessaires, ce qui rend cette expérience traumatisante et douloureuse.

« Aujourd'hui comme tout le monde est en confinement, l'infirmière qui faisait mes soins a passé́ le relais à mon mari qui a changé́ mon pansement plusieurs fois. La consultation avec la chirurgienne fin mars a été́ annulée. Mon seul souci ce sont les fils qui soudent ma cicatrice douloureuse » Témoignage d’une femme ayant subi une mastectomie, recueilli par son Comité́ départemental de la Ligue contre le cancer.

La Ligue constate même que certaines personnes isolées, souvent âgées, ont dû faire appel à une solidarité non conventionnelle de proximité pour les assister.

• Rupture des liens avec l’équipe soignante, le médecin et même avec les aides à domicile : les malades se sentent isolés… voire abandonnés

Qu’il s’agisse de l’équipe de l’hôpital, du médecin traitant, des infirmières libérales ou des aides à domicile (pour les courses, le ménage, etc.), la Ligue constate que les personnes malades souffrent d’une solitude extrême et d’un sentiment d’abandon. Du fait de l’épidémie, certains hôpitaux sont saturés et ne sont pas en mesure de maintenir le lien avec les personnes atteintes d’un cancer. Le médecin traitant, parfois très difficile à joindre, n’est pas forcément en mesure d’identifier et de gérer les effets indésirables des traitements contre le cancer. Au-delà̀ de l’organisation des soins à domicile, les personnes malades du cancer peuvent rencontrer de particulières difficultés dans leurs activités de la vie quotidienne.

« A domicile, les personnes malades se sentent parfois en sécurité mais sont désorientées face à des symptômes qu’elles peuvent confondre avec ceux du COVID » selon un des Réseaux régional de cancérologie

« Appel d’une femme atteinte d’un cancer du poumon et du COVID-19, qui ne peut joindre son médecin traitant (disque lui demandant d’appeler le 15) et qui cherche des renseignements : quand saura- t-elle qu’elle ne développe pas de forme grave ? Quand prendre du doliprane ? Quels signes justifient d’appeler le 15 ? » Appel reçu par la permanence médicale de la Ligue contre le cancer L'absolue nécessité d'un suivi à distance des personnes en traitement et de leur accompagnement en ville

L'absolue nécessité d'un suivi à distance des personnes en traitement et de leur accompagnement en ville

La Ligue contre le cancer demande aux pouvoirs publics la mise en place un plan d’accompagnement pour tous les malades du cancer, notamment :

  • Organiser des correspondances régulières avec l’hôpital, par téléconsultation s’il est impossible de faire autrement, afin d’assurer une communication efficace des informations importantes aux personnes malades ; favoriser la bonne observance des traitements ; rompre l’isolement des personnes soignées à domicile et de leurs proches aidants
  • Former les professionnels ambulatoires (médecins généralistes, professions libérales, etc.) aux spécificités de la prise en charge de la maladie cancéreuse, pour permettre l’accès à des soins curatifs, de support et palliatifs adaptés
  • Aux personnes malades, la Ligue transmet un message clair « ne vous résignez pas, prenez soin de votre santé, appelez votre médecin et soignez-vous ! »

Depuis le début du confinement, la Ligue est mobilisée, active et défend de manière acharnée les droits des personnes malades et de leurs proches ainsi que le respect de leur dignité :

  • Elle a demandé et partiellement obtenu la reconnaissance des proches-aidants dans les prises en charge compensées par l’Assurance maladie.
  • Elle s’est élevée, avec succès, contre le confinement prolongé des personnes de plus de 65 ou 70 ans, jugé discriminatoire, et la stigmatisation de ces dernières
  • Elle prend actuellement position pour que les masques de protection soient gratuits et accessibles pour les publics vulnérables et leurs proches-aidants.

La Ligue contre le cancer se mobilise pour aller plus loin et faire réintégrer dans la prise en compte sanitaire et sociale les personnes atteintes de cancer ou cherchant à éviter un cancer.


4 MAI 2020

MASQUES PRÉVENTIFS : LA LIGUE CONTRE LE CANCER EXIGE LA GRATUITÉ POUR LES PERSONNES MALADES, LEURS PROCHES ET LEURS SOIGNANTS

Le masque est « un soin préventif ». Il est donc primordial pour toutes les personnes fragiles d’avoir accès aux masques, que ce soit à domicile ou pour leurs déplacements, et ce, gratuitement et facilement. Elles doivent déjà lutter contre la maladie, sont plus fragiles vis-à-vis du Covid-19 et ont peur d’être abandonnées. Doit-on rajouter encore une difficulté pour les personnes malades ? Seront-elles encore une fois oubliées ? Aucune disposition n’a été jusqu’à présent, mise en oeuvre pour toutes les personnes fragiles en ALD ou situation analogue. La Ligue contre le cancer ne peut laisser se perpetuer cette injustice et réclame avec force une prise en charge à 100% des masques filtrants, que ce soit pour les soins à domicile ou pour l’ensemble de leurs déplacements.

Pour les personnes malades fragiles, type ALD, la gratuité des masques est une évidence. Ne pas les protéger serait un déni du droit des plus fragiles à une politique sanitaire et sociale précautionneuse et bienveillante. Les masques doivent être un droit gratuit, accessible et disponible sans délai.

" Je ne peux comprendre, je ne peux accepter que les personnes malades soignées pour un cancer et plus largement toutes les personnes fragiles traitées pour une maladie type ALD, ne bénéficient de masques protecteurs et cela gratuitement, facilement, en quantité suffisante. Cela vaut pour les personnes qui leur viennent en aide. On s’apprêtait il y a peu à « les assigner à résidence » et on ne saurait les protéger ? Les inquiétudes qui sont exprimées par les personnes dont s'occupent la Ligue sont extrêment vives et l'émotion est intense" s’indigne le professeur Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer.

Qu’il soit chirurgical, en tissu homologué, à 3 plis, filtrant... le masque doit devenir une habitude pour les Français car il limite la propagation de l'épidémie de Covid-19. D'abord réservé en priorité aux soignants, le masque est désormais recommandé pour le grand public. A partir du 11 mai, le port du masque sera obligatoire pour :

  • Les enseignants, les professionnels de la petite enfance
  • Les collegiens
  • Les chauffeurs (bus, taxi, etc…)
  • Les usagers des transports en commun,
  • Les clients de certains commerces,

…et rien ne serait prévu pour les millions de Français atteints d’une maladie chronique ?

Le gouvernement et les autorités de santé doivent y remedier au plus vite. C’est une ardente obligation morale et sanitaire.

Masques grand public en prix libre, masques chirurgicaux dont l'utilisation ne peut excéder 4 heures, prix fixé à 95 cts l'unité… Comment feront les plus précaires et les plus fragiles pour s'en procurer ? Ne s'agit-il pourtant pas d'un produit de santé ? Les inégalités se creuseront encore alors que des injonctions au port du masque obligatoire sont prévues, en particulier dans les transports... Que de contradictions et de risques qui pèsent une fois encore davantage sur les publics les plus fragiles !

Télécharger l'article en pdf


29 AVRIL 2020

"La Ligue a vu venir très tôt l'épidémie et s'y est préparée ... en continuant de rester en contact avec les personnes malades, et le lien n'a pas été rompu"
Le Pr Axel Kahn présente le rôle de la Ligue contre le cancer en cette période de crise sanitaire et esquisse des premiers enseignements de l’épidémie pour le fonctionnement de l’association.


24 AVRIL 2020

Interview du Pr Axel Kahn, Président de la Ligue Nationale contre le cancer, parue dans l'ALSACE et les DNA le vendredi 24 avril 2020

Télécharger en pdf


20 AVRIL 2020

COVID 19 : LA LIGUE MILITE CONTRE UN DECONFINEMENT SELECTIF DISCRIMINATOIRE

Poursuite du confinement pour les personnes vulnérables sur une base volontaire : la Ligue contre le cancer salue les précisions du Président de la République

Vendredi 17 avril 2020 - Dans le cadre des stratégies de déconfinement évoquées cette semaine, l’idée de poursuivre un confinement au-delà du 11 mai pour différents publics à risque, et notamment les personnes âgées, a largement été évoqué. La Ligue, tout en comprenant parfaitement l’objet de cette recommandation, a attiré l’attention sur la contradiction fondamentale et grave entre un déconfinement sélectif discriminatoire et les principes de la constitution française. Elle a également souligné avec vigueur, les risques pour les publics concernés d’un confinement prolongé et contraint.

Ce jour, le Président de la République a confirmé ne souhaiter aucune discrimination des personnes âgées ou fragiles dans le cadre de la future opération de déconfinement et en appelle à la responsabilité individuelle.

« L'esprit du droit est de protéger les personnes fragiles, certes pas de les discriminer. Au-delà de ce principe constitutionnel, l'assignation administrative prolongée de personnes fragiles, âgées comme atteintes de cancers ou d'autres affection, risque d'engendrer une grande souffrance physique et psychique, elle peut conduire à la perte du goût de vivre. La Ligue a réçu un nombre considérable d'appels de personnes angoissées, déstabilisées, désespérées. Il était important pour toutes ces personnesmalades et leurs proches que nous représentons d’évoquer cette réalité. Nous saluons les précisions apportées ce jour par le Président de la République » confirme le Pr Axel Kahn –Président de la Ligue contre le cancer.


8 AVRIL 2020

COVID 19 : LES PROCHES DES PERSONNES MALADES PEUVENT DEMANDER A BENEFICIER D'UN ARRÊT DE TRAVAIL

La Ligue a eu gain de cause : Les proches des personnes que les traitements contre le cancer rendent plus vulnérables face au coronavirus, peuvent bénéficier d’un arrêt de travail !

Afin de protéger les personnes malades fragilisées par leurs traitements et présentant de ce fait un risque de développer des formes sévères du Covid-19, la Ligue avait demandé à la Caisse nationale d’assurance maladie, puis au Ministère de la santé, que leurs proches vivant au domicile puissent bénéficier d’un arrêt de travail.

Partagée par d’autres associations membres de France Assos Santé, cette demande a été entendue : Désormais toute personne qui partage son domicile avec une personne vulnérable peut, en l’absence de solution de télétravail, solliciter son médecin traitant ou un médecin de ville, qui pourra prescrire un arrêt de travail s’il l’estime nécessaire. L’arrêt peut être prescrit jusqu’au 15 avril et sera renouvelable tant que les consignes sanitaires sont maintenues.

Plus d’infos sur le site Ameli.fr

Téléchargez la note du gouvernement sur ce dispositif d'arrêt de travail pour les aidants

Voir la page de la Ligue contre le cancer sur « COVID-19 : Conseils et Recommandations ».


4 AVRIL 2020

TABAC ET COVID-19 : UN RISQUE ACCRU DE COMPLICATIONS GRAVES

Une revue croisée de 5 études chinoises publiée le 18 mars dans le journal de l’Association international pour la prévention des maladies induites par le tabac (1) apporte de premiers éléments d’information sur les liens entre le tabagisme et la gravité du Covid-19. Si ce travail mérite encore d’être approfondi, il met notamment en évidence un risque de décès par Covid-19 multiplié par 2,4 chez les fumeurs.

Le tabac constitue la cause démontrée d’un vaste ensemble de graves maladies de l’appareil respiratoire, cancéreuses ou non. Le tabagisme joue également un rôle délétère sur le système immunitaire et expose les fumeurs à un risque accru vis-à-vis de maladies infectieuses. Des études réalisées après l’épidémie de MERS-CoV (Coronavirus du Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient) de 2012 ont montré un surrisque de mortalité associé au tabagisme.

S’il est encore trop tôt pour évaluer l’impact précis du tabac dans le Covid-19, les informations publiées dans le Tobacco Induced Disease constituent déjà une alerte très sérieuse. Cette mini-revue est fondée sur 5 études publiées conduites en Chine et couvrant les deux premiers mois de la pandémie de Covid-19. Elle permet d’évaluer que le tabagisme multiplie par un facteur 2,4 le risque d’admission en réanimation, le besoin d’assistance respiratoire et le risque de décès chez les malades du Covid-19.

Rappelons, que les risques respectifs du tabagisme et du vapotage dans le contexte actuel de l’épidémie de Covid-19 ont fait l’objet d’une communication du Comité National Contre le tabagisme le 26 mars dernier.

(1) CI. Vardavas, K. Nikitara.,Tob. Induc. Dis. 2020 ;18 mars, 20


31 MARS 2020


21 MARS 2020 : COVID-19 ET CANCER

Épidémie de pneumopathies à coronavirus Covid_19 : La Ligue conseille les personnes concernées par le cancer.

La ligue accueille, informe et accompagne des dizaines de milliers de personnes qui ont développé des cancers. Elle ne les abandonnera pas. Jamais. Elle les conseille :

  • Vous êtes en traitement. Beaucoup de ces traitements peuvent diminuer vos défenses immunitaires et alors vous fragiliser. Vous ne devez cependant pas interrompre vos soins, parlez-en avec votre médecin. S’ils se déroulent à domicile, restreignez sorties et visites. Sinon, l’équipe en charge de votre traitement fera les prescriptions adaptées pour votre transport et traitement au centre de soins.
  • Vous êtes en parcours de soins post-cancers sans signe évolutif. Vous avez les mêmes risques que la population générale, notamment ceux liés à l’âge. Les consignes « barrières » générales s’appliquent à vous. Respectez strictement les consignes des autorités de santé.
  • Vous suivez des soins de supports post-cancers, en particulier dans les centres, espaces et antennes de La Ligue. - Si les locaux sont dans des foyers épidémiques actifs, une interruption temporaire est préférable. - Ne pas se rendre dans des locaux ouverts si vous présentez des signes cliniques, même modérés (rhume, toux, fièvre, fatigue accrue…)

Pour toute question, information, conseil en rapport avec l’épidémie actuelle et qui pourrait vous concerner, vous pouvez poser toutes vos questions ici sur l’espace forum de La Ligue : cliquez ici


19 MARS 2020 : COVID-19 ET ARRÊTS DE TRAVAIL

Modification de la déclaration des arrêts de travail pour les personnes atteintes de maladies graves et chroniques, dont le cancer

Les personnes fragiles, à risque de formes graves de l'infection COVID-19, doivent impérativement rester à leur domicile et ne pas se rendre sur leur lieu de travail. Si aucune solution de télétravail n’est possible, un arrêt maladie est nécessaire. A ce titre, les personnes malades atteintes de cancer sont concernées par cette disposition.

Ainsi, l’Assurance Maladie étend, à compter du 18 mars, son service de déclaration declare.ameli.fr aux personnes dont l’état de santé le justifie.

Pour les personnes concernées, il est désormais possible de s’y connecter directement, sans passer par leur employeur ni par leur médecin traitant, sur le site https://declare.ameli.fr/ pour demander à être mises en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours. Cet arrêt pourra être déclaré rétroactivement à la date du vendredi 13 mars.

Cette procédure de déclaration concerne les salariés du régime général, les marins, les clercs et employés de notaire, les travailleurs indépendants, auto-entrepreneurs et agents (y compris les agents contractuels) de la fonction publique.

Votre comité du Haut-Rhin

Vendredi 22 mai 2020 : voici un point sur la situation de nos activités / services / ateliers :

Maison de la Ligue de Colmar :

  • Accueil physique au public : ouvert à nouveau depuis le 18 mai 2020 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h)
  • Accueil téléphonique au 03 89 41 18 94 aux mêmes horaires

Point Ligue de Folgensbourg :

  • Accueil physique au public : fermé jusqu’à début septembre 2020.
  • Accueil téléphonique au 03 68 89 00 84 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h)

Espace Ligue de Mulhouse :

  • Accueil physique au public : fermé jusqu’à début septembre 2020.
  • Accueil téléphonique au 03 89 53 70 20 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h)

Pour ces 3 structures d'accueil (Colmar, Mulhouse et Folgensbourg), l’ensemble des services /activités / ateliers pour les personnes malades en présentiel ne reprendront pas avant début septembre 2020 si la crise sanitaire actuelle le permet.

En attendant, nous continuons à vous accompagner avec des services à distance :

  • Soutien psychologique
  • Conseils diététiques et nutritionnels
  • Conseil médical
  • Conseils de socio-esthétiques
  • Soutien social.

N’hésitez pas à nous contacter aux numéros ci-dessous pour en savoir plus et prendre RDV.


19 MAI 2020


24 AVRIL 2020 : L'ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES MALADES PENDANT LA CRISE DE COVID 19

Télécharger au format pdf


30 MARS 2020 : ANNULATION DES 10EMES FOULÉES DE LA LIGUE

Nous espérons du fond du cœur que vous allez bien.

Comme vous le savez, le contexte sanitaire actuel dû à l'épidémie de COVID-19 est exceptionnel et sans précédent. Malheureusement, et pour beaucoup d'entre nous, cette situation nous oblige à faire des choix que nous n'imaginions pas avoir à faire un jour ...

Après consultation des membres du Comité d'Organisation, il apparait que nous ne pouvons pas maintenir les "10èmes Foulées de la Ligue" initialement prévues le dimanche 14 juin 2020 au Parc Expo de Colmar. Ces 10èmes Foulées sont donc officiellement annulées. Elles ne seront pas reportées sur l'année 2020, donc nous aurons le plaisir de nous retrouver en 2021 (date à définir).

Un grand merci à tous pour votre compréhension mais aussi pour votre mobilisation exemplaire, depuis 9 ans déjà !

Lien vers la page facebook des 10èmes Foulées de la Ligue


26 MARS 2020 : ANNULATION DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

En raison de la crise épidémique actuelle de coronavirus Covid_19, l'Assemblée Générale de la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin prévue initialement mardi 7 avril 2020 à 17h à l'Espace Arthuss de Wintzenheim est annulée et reportée à une date ultérieure (à définir).

Merci de votre compréhension.


16 MARS 2020 : LA LIGUE CONTRE LE CANCER DU HAUT-RHIN PENDANT L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS

Mesdames, Messieurs,

En raison des recommandations nationales pour faire face à l’épidémie de Coronavirus, la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin prend, à compter du lundi 16 mars 2020, les mesures suivantes, et ce, jusqu’à nouvel ordre :

Les activités collectives et individuelles proposées dans les structures de la Ligue à Colmar, Mulhouse et Folgensbourg sont annulées, à l’exception des consultations psychologiques qui peuvent être proposées par téléphone.


Sont concernées :
• Les activités de bien-être : Activité physique adaptée, arts plastiques, sophrologie, chant, écriture
• Les consultations et ateliers de diététique
• Les consultations et ateliers de socio-esthétique
• Les entretiens de motivation à l’arrêt du tabac
• Les consultations de soutien psychologique et les groupes de parole
• Les services de soins proposés à domicile dans l’ensemble du département (socio-esthétique, soutien social et soutien psychologique).
• Cependant, les consultations de soutien psychologique peuvent être organisées par téléphone.

► Les actions de prévention et autres interventions extérieures sont annulées.

► L’Assemblée Générale, prévue le 7 avril 2020 à l’Espace Arthuss de Wintzenheim, se tiendra finalement au siège de la Ligue, en comité restreint.

► Concernant les bénévoles qui s’investissent actuellement à nos côtés :
• Nous leur demandons de suspendre toutes leurs activités au profit de la Ligue
• La quête à domicile dans le Haut-Rhin est suspendue pour une durée indéterminée

A partir du mardi 17 mars 2020 inclus et jusqu’à nouvel ordre, l’accueil physique des structures de Colmar, Mulhouse et Folgensbourg n’est plus assuré.

Un accueil téléphonique est organisé en cas de besoin :
• Pour la Maison de la Ligue de Colmar : contactez le 03 89 41 18 94
• Pour l’Espace Ligue de Mulhouse et le Point Ligue de Folgensbourg : contactez le 03 89 53 70 20

Un numéro vert Ligue nationale contre le cancer est à votre disposition (service et appel gratuits) : 0 800 940 939


Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation.
Merci de votre compréhension.

Dr Bruno AUDHUY,
Président de la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin

Conseils d'Houria Harthong, socio-esthéticienne de la Ligue

02 JUIN 2020

LES BEAUX JOURS ARRIVENT : PROTEGEZ VOTRE PEAU

Les beaux jours arrivent ! Pour les aborder sereinement, il est important de bien se protéger la peau.

Précautions par rapport au soleil et les traitements

Certains traitements en cancérologie peuvent entrainer un risque important de photosensibilisation, il est donc conseillé de se protéger correctement du soleil et de s'informer auprès de son oncologue.

Les risques sont notamment :

  • Un coup de soleil accéléré entrainant une brûlure et/ou l'apparition de tâches pigmentaires irréversibles
  • L'accentuation de la follicule (éruption cutanée d'aspect acnéiforme)

Précautions par rapport au soleil et les traitements

En chimiothérapie

  • Pas d'exposition au soleil sans protection pendant toute la durée du traitement et pendant un an après la fin du traitement
  • La protection solaire doit être de l'indice 50+ et être appliquée sur toutes les zones du corps (hormis les paupières) non couvertes par les vêtements, y compris les mains
  • Attention au heures les plus chaudes : entre 12h et 16h
  • Porter des vêtements et accessoires couvrants (t-shirt, étole, chapeau à bords larges, lunettes, ...)
  • S'exposer ne voulant pas dire seulement être allongé au soleil, mais être dehors : promenade, jardinage, ...
  • Protection également nécessaire à l'ombre pour la reverbération (par exemple : bitume, eau) derrière une vitre, à ciel semi couvert les nuages ne filtrant pas les UV

En radiothérapie

  • Eviter une exposition solaire de la zone irradiée
  • prendre l'avis d'un radiothérapeute
  • Pas de séances UV esthétique à vie

Houria Harthong, socio-esthéticienne

Conseils d'Oriane Garteiser, diététicienne de la Ligue

2 JUIN 2020

MENUS PRINTANIERS

SALADE FRAÎCHE DE BROCOLIS CRUS

  • 250g de brocolis (bouquets)
  • 1 poivron rouge coupé en dés
  • 1 pomme coupée en dés
  • 30g de pignons de pin ou de noix de cajou
  • 2,5 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1,5 c. à soupe de vinaigre balsamique
  • 1 c. à café de moutarde Sel (Herbamare), poivre

Préparation :

Passez-le tout rapidement au mixeur, réservez au frais et dégustez !

Infos nutrition :

Le brocolis : Il est très riche en fibres, en anti-oxydants et est une excellente source de vitamine C.

Il contient une molécule particulière : le sulforaphane qui contribuerait à limiter le développement de certains cancers, dont le cancer du sein.

Les oléagineux : noix, noisettes, amandes, pignon de pin, sont riches en fibres, en anti-oxydants, en protéines végétales, en minéraux (magnésium, calcium, potassium, fer, zinc…) et en bonnes graisses (oméga 3/6/9).

CURRY DE POULET AUX ÉPINARDS (pour 4 personnes)

  • 700 gr de blancs de volaille sans peau
  • 1 sachet de pousses d’épinards
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 200 gr de tomates pelées au naturel
  • 1 c-à-café de curcuma
  • 1 c-à-café de cumin en poudre
  • 1 c-à-café de coriandre en poudre
  • Quelques pincées de piment en poudre
  • 20cl de lait de coco
  • 1 c-à-s d’huile d’olive
  • Sel et poivre

Préparation :

Pelez et hachez l’oignon et l’ail. Coupez les blancs de volaille en petits morceaux réguliers. Mélangez toutes les épices dans un bol. Égouttez et concassez les tomates. Faites chauffer l’huile dans une sauteuse, faites suer l’oignon et l’ail pendant 2 minutes, puis ajoutez toutes les épices. Mélangez. Ajoutez les tomates et les morceaux de poulet, salez et poivrez. Couvrez et laisser mijoter 15 minutes.

Ajoutez le lait de coco et portez à ébullition, puis ajoutez les pousses d’épinards, remuez délicatement et servez chaud dans des assiettes creuses avec du riz.

Infos nutrition :

Les épinards : c’est une excellente source d’antioxydants (provitamine A, vit C, E , riche en lutéine et zéaxanthine), très riche en acide folique (vit B9), minéraux (calcium, potassium et magnésium) et fibres.

Attention : ne croyez pas Popeye, ils contiennent très peu de fer !

Le curcuma : il est anti-inflammatoire, anti-oxydant et protecteur hépatique.

Le cumin : il facilite la digestion, est antispasmodique, est efficace contre les ballonnements, il baisse la glycémie et est anti-oxydant. Il permet également de stimuler l’appétit.

Remède grand-mère : Dans les cas de douleurs abdominales on prendra de ½ à 1 c. à soupe de cumin moulu, avec un peu d'eau. Dans tous les autres cas, préparer une tisane en utilisant 1 c. à thé de graines pour 1 tasse d'eau. Faire bouillir comme pour une décoction, 1 minute, et ensuite laisser infuser 10 minutes.

Le lait de coco : il est dépourvu de lactose (sucre du lait) et ne contient pas d’hormone de croissance contrairement au lait de vache. Il est cependant aussi calorique que de la crème fraiche à 20% de MG.

SALADE DE FRAISES À LA MENTHE ET À LA CANNELLE

  • Fraises
  • Menthe fraîche ou basilic citronné à ajouter juste avant consommation
  • Le jus d’un citron
  • Cannelle
  • Sucre roux non raffiné.

Préparation

Lavez les fraises, les couper en rondelles. Mélanger le jus de citron à la menthe fraiche tout juste ciselée. Ajoutez aux fraises. Saupoudrez de cannelle et de sucre roux.

Info nutrition :

Les fraises : elles sont très peu caloriques, riches en fibres et en vitamine C

La menthe : elle facilite la digestion et est anti-oxydante.

Attention :

  • La tisane de menthe réduirait l’absorption du fer : à prendre 1 heure à distance d’un repas
  • A éviter si reflux gastrique ou brûlure d’estomac.

La cannelle : elle est très fortement anti-oxydante et riche en fibres. Elle est également hypoglycémiante.

BISCUITS AUX GRAINES DE LIN ET AU SÉSAME

Pour 30 biscuits :

  • 150 grammes de farine (idéalement farine de petit épeautre)
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 50 grammes de sucre roux non raffiné
  • 50 grammes de flocons d'avoine
  • 30 grammes de graines de sésame
  • 20 grammes de graines de lin
  • 50 grammes de beurre fondu 3-4 cuillères à soupe de lait
  • 30 grammes de miel liquide
  • 1 cuillère à café de vanille liquide

Préparation :

Dans un saladier, mélangez l'ensemble des ingrédients secs : farine, flocons d'avoine, levure, sucre et graines.

Ajoutez ensuite le beurre fondu ainsi que le miel et le lait. Formez une boule de pâte. Placez au frais pendant 15 minutes.

Formez des petites boules de pâtes façon cookies et disposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.

Enfournez pour 12 minutes environ (four préchauffé à 180°C). Les biscuits doivent être légèrement dorés

Infos nutrition :

Les flocons d’avoine : ils permettent de normaliser le transit, sont riches en fibres solubles (diminution absorption sucre + cholestérol) et ont un effet rassasiant.

La farine de petit épeautre : le petit épeautre est très pauvre en gluten, très riche en fibres, riche en minéraux (magnésium, phosphore), en anti-oxydants (caroténoïdes) et en protéines végétales (il contient tous les acides aminés essentiels).

Les graines de lin : elles sont indiquées dans les lésions cutanées (radiothérapie) et la constipation. Pour libérer les omégas 3 qu’elles contiennent, il faut les mixer tout juste avant consommation.

Les graines de sésame : elles apportent beaucoup de sels minéraux ( calcium, magnésium, fer, zinc) et de fibres. Elles possèdent également une action anti-oxydante et sont riches en bonnes graisses.

Oriane Garteiser Diététicienne-Nutritionniste D.E.


21 AVRIL 2020

CONSEIL N°3 : QUE FAIRE AVEC DES BOÎTES DE CONSERVES ?

En cette période de confinement, nous réfléchissons à nos modes de consommation pour éviter de sortir de chez nous et donc de nous rendre au supermarché trop souvent.

Une bonne alternative est de cuisiner avec des aliments en conserve. Mais que faire avec une boîte de thon et de pois chiches ?

Voici quelques idées de repas rapides, pratiques et accessibles.

Déclinaison autour du thon

(attention ne pas consommer de thon plus d’1 fois/semaine car étant un gros poisson gras, au bout de la chaine alimentaire, il a tendance à accumuler les métaux lourds des océans :mercure, plomb,cadmium,.)

Salade de riz au thon : riz sauvage, mais, tomates, cornichons, pommes, noix de cajou grillées rapidement dans une poêle, brocolis cru et mixé…

Spaghettis à la provençale au thon

  • 1 grosse boite de thon au naturel
  • 1 grosse boite de tomates pelées et épépinées
  • 1 poivron
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Herbes de Provence
  • Feuilles de basilic

Faites revenir l’oignon et l’ail émincés dans une poêle avec l’huile d’olive. Ajoutez les tomates, le poivron, les herbes de Provence, le sel et le poivre. Bien mélanger. Incorporez ensuite le thon émietté. Faites revenir environ 20 minutes à feu doux. Ajouter les feuilles de basilic ciselées.

Salade de lentilles au thon :

Mélanger 1 boite de lentilles préalablement rincées avec 1 boite de thon au naturel égoutté. Ajouter du persil frais ciselé (ou congelé), des échalotes hachées ( ou congelées), des cornichons découpés et une bonne vinaigrette ! Déguster !

Déclinaison entrée et dessert à base de pois chiches.

Houmous :

  • 550g de pois chiches en conserves
  • 2 gousses d’ail
  • Le jus d’1 citron
  • 8 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 c. à café de tahin ( purée de sésame, facultatif)
  • 1 pointe de couteau de cumin en poudre
  • Sel

Egouttez les pois chiches. Epluchez les gousses d’ail. Mixez le pois chiches, l’ail, le jus de citron, l’huile d’olive, le tahin, le cumin et le sel. Servez frais

Mousse au chocolat vegan (sans œuf) :

  • 150 g de chocolat noir corsé
  • 1 conserve de 400 g de pois chiches au jus (on va simplement utiliser le jus = 150 ml)
  • 60 g de sucre
  • 2 gouttes d’extrait de vanille + 1 pincée de fleur de sel (facultatif)

Prélevez 150 ml de jus de pois chiche, fouettez le au batteur dans un bol. Lorsque le mélange commence à être bien mousseux, ajoutez le sucre en filet pour "serrer" le jus de pois chiche.

Faites fondre le chocolat (bain marie ou micro-ondes), celui-ci doit être bien liquide mais pas trop chaud (laissez le refroidir à température ambiante)

Mélangez le chocolat et le jus de pois chiche monté, délicatement avec une spatule. Attention, le chocolat peut avoir tendance comme pour la mousse au chocolat classique à tomber dans le fond du bol, allez bien racler !

Ajoutez vanille et fleur de sel, réservez dans un grand bol ou des petits ramequins et réservez au frais 4 heures minimum.

Idées de repas rapides et pratiques :

  • Ratatouille en conserves (type Cassegrain) / Œufs au plat / Riz Thai, Basmati, Sauvage, Complet bio ou pâtes (Al Dente)
  • Pommes de terre râpées et cuisinées en roestis avec des oignons  / Jambon de qualité supérieur (Label rouge ou bio de préférence) / Salade verte
  • Soupe de légumes bio en brique / Maquereaux ou sardines en boîtes / Pain aux céréales, complet, seigle
  • Steak haché congelé 10% de MG (Bleu-blanc-cœur ou bio de préférence) / Petits pois carottes
  • Crudités ou soupe de légumes / Crêpes sucrées (remplacer le lait de vache par du lait d’avoine, il ne contient pas de graisses saturées, pas de lactose) …..

Oriane Garteiser Diététicienne-Nutritionniste D.E.

Télécharger cette fiche et les recettes


9 AVRIL 2020

CONSEIL N°3 : J'EVITE DE PRENDRE DU POIDS PENDANT LE CONFINEMENT  !

1. Diminuer l'apport calorique

En période de confinement, il faut rétablir notre balance énergétique : nos activités physiques étant considérablement réduites, l’apport calorique doit lui aussi être diminué, sinon c’est la prise de poids assurée.

Comment manger moins de calories sans calcul ?

  • Maintenir les trois repas par jour mais supprimer les collations intermédiaires si vous n’avez pas faim.
  • Diminuer la quantité de glucides (féculents et céréales) habituellement consommée.
  • Consommer une part importante de légumes pendant les repas ( idéalement ¼ de crudités, ¼ de légumes cuits).
  • Limiter au maximum les aliments ultra-transformés riches en sucres et en graisses (pour éviter d’être tenté, éviter d’en acheter) ainsi que les boissons sucrées y compris les jus de fruits

À quoi doit ressembler mon assiette aux repas principaux ?

L’apport calorique diffère selon les personnes mais la composition de l’assiette doit ressembler à ce qui suit :

  • ½ de fruits/crudités et légumes cuits
  • 1/4 féculents (idéalement complets ou semi-complets bio) ou de légumes secs
  • 1/4 de produits animaux ou de légumes secs
  • 1 c. à soupe d’huile de colza vierge bio ou d’huile d’olive

Les légumes secs peuvent aussi se substituer aux produits animaux car ils sont riches en protéines.

2. Cibler les aliments de qualité

La quantité de calories n’est pas la seule à avoir de l’importance pour ne pas prendre de poids : il faut aussi veiller à la qualité de son alimentation.

Le premier pas est bien évidemment de choisir des produits bruts et de les cuisiner (ça tombe bien on a le temps). Parmi les produits bruts ou peu transformés, on peut encore faire un second tri. Pour les fruits et les légumes préférer les frais ou congelés bio et éviter les conserves (sinon les rincer).

En ce qui concerne les féculents et les céréales, c’est à leur forme qu’il faut être attentif : pour éviter d’élever trop notre taux de sucre dans le sang ( = glycémie), il faut préférer des formes complètes ou semi-complètes. Le pain complet au levain et aux graines sera ainsi largement préférable à la baguette blanche et en plus il se conservera plus longtemps, ce qui évitera d'aller tous les jours en acheter.

Voici les meilleurs choix alimentaires parmi les produits bruts ou peu transformés :

3. Déjouer le piège du petit creux

Rester à la maison sans rien faire donne faim, c’est bien connu. Le risque c’est d’assouvir chaque petit creux que l’on ressent alors que cette sensation de faim n’est que le résultat de l’ennui.

« Manger en pleine conscience » nous apprend que nous prenons pour de la faim, des envies ou des manques auxquelles on pourrait subvenir d’une autre manière. Le confinement peut donc être une période privilégiée pour mieux comprendre comment on fonctionne et mettre en place les stratégies pour éviter les fringales.

Si vous souhaitez néanmoins manger lorsque vous avez un petit creux, privilégiez les noix, amandes et noisettes non salées.

Le confinement nécessitera peut-être la réorganisation des repas. Si la faim se faisait sentir tard le soir lorsque l’on travaillait à l’extérieur (vers 20h par exemple), en période de confinement elle peut survenir un peu plus tôt (vers 18h30) ou tout du moins à des horaires différents.

Le conseil ?

Manger un vrai repas lorsque vous avez (vraiment) faim même si ce n’est pas aux horaires habituels, cela évitera les petits grignotages inutiles (souvent gras et sucrés) ! Mais attention, il faudra garder un rythme régulier chaque jour.

Oriane Garteiser Diététicienne-Nutritionniste D.E.


4 AVRIL 2020

CONSEIL N°2 : ON S'ENNUIE, ON S'OCCUPE DE SA CUISINE !

Aujourd’hui j’ai pensé à ce qu’on pouvait faire d’utile si l’on s’ennuie un peu :

Nettoyer son frigo à l’eau de javel.

Faire une liste des aliments congelés et l’afficher sur le congélateur ou la garder en évidence dans sa cuisine: cela permet de savoir ce que l’on a dedans (souvent on oublie tout ce que l’on y a mis !) 

Faire le tri des aliments/ingrédients dans les placards. Cela permet aussi de se remémorer ce qu’on avait en réserve et qu’on pourrait utiliser.

Jusqu’à quand utiliser ces produits ?   « à consommer de préférence avant le... », appelée auparavant Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO).

  • Elles concernent les produits secs, stables, lyophilisés, stérilisés, congelés.
  • Après cette date le produit ne répondra plus aux critères organoleptiques d’origine (goût , texture…) 
  • En aucun cas il n’y aura de risque sanitaire

Pâtes et riz : jusqu’à un an après leurs dates (attention à leur stockage : au sec, dans une boîte hermétique),

• Pain : bien après la date, à condition qu’il n’y ait pas de moisissure dessus

• Chips, crackers, oléagineux, gâteaux, café … des mois après leurs dates, toujours à condition d’être bien conservés (au sec et dans un récipient fermé).

• Miel, sucre, épices, sel …très stables = ad vitam aeternam

• Boîtes de conserve : des années après leurs dates ( vérifier qu’il n’y ait ni rouille ni gonflement de la boîte et pour optimiser leur conservation, il faut les mettre à l’abri de l’humidité, dans un endroit sec)

• Produits lyophilisés : soupes en sachet, purées de pomme de terre en sachets , lait en poudre … conservés longtemps du moment que leur emballage n’est pas gonflé, ouvert ou encore abîmé.

• Chocolat : jusqu’à 2 ans !

• Produits surgelés : Si la chaîne du froid est bien respectée : des mois après la date ( risque possible de perte légère de texture ou de goût.)

• Moutarde, ketchup, confitures : Si produit non ouvert: des mois après leurs dates limites. Si ouvert, il faut le placer au frais, mais toujours vérifier le goût et si absence de moisissure. En moyenne, la mayonnaise industrielle se garde 2 à 3 mois, le ketchup 6 mois environ et la moutarde jusqu’à 1 an

• Crème et lait UHT, stérilisés : Si non ouverts, jusqu’à 2 mois après leur DDM (date de durabilité minimale)

• Huiles : après leur DDM, mais risque d’altération du goût (non toxique)

• Fromages : Ils s’affinent avec le temps, donc au-delà de la date limite si absence de moisissures

Pour la DLC ( = date limite de consommation), elle est indiquée sur les produits périssable, à risque bactériologique. Il faut consommer ces produits avant qu’ils atteignent cette date, mais certains peuvent néanmoins être mangés après leur DLC :

• Yaourts : naturellement riches en bactéries non pathogènes. Bien conservés au frais et si leur opercule n’est pas bombé, ils peuvent être consommés jusqu’à 3 mois après leur DLC.

L’exception des œufs :

Les œufs ont une DCR (Date de Consommation Recommandée) à 28 jours après la ponte. Après la DCR, l’œuf est encore consommable pendant quelques semaines si la coquille est non fendue, ni lavée et si l’œuf est conservé au frais.

  • Test de consommation: verre d’eau
  • S’il reste au fond, il est encore consommable.
  • S’il remonte légèrement, il est encore consommable, mais cuit.
  • S’il flotte, il vaut mieux éviter de le consommer.

Faire les menus de la semaine et rédiger en fonction, sa liste de courses. Cela permet de réduire les achats inutiles et de gagner du temps.

Tester de nouvelles recettes

Cuisiner avec ses enfants

Faire des barres de céréales "maison" (voir la recette des barre de céréales)

Oriane Garteiser Diététicienne-Nutritionniste D.E.


31 MARS 2020

CONSEIL N°1 : ÉVITER LA TENTATION DU GRIGNOTAGE

A la maison, la tentation de grignoter est souvent grande… et d’autant plus en période de confinement !

Petites astuces pour ne pas craquer :

1) L’homme n’est pas fait pour résister à la tentation : ne rien laisser à portée de vue ! (pas de corbeille de fruits ou bonbons, de pain ou de petits gâteaux en évidence…)

2) Ne ranger pas les petits gâteaux ou biscuits apéritifs dans un tiroir que l’on ouvre 2 fois/jour ( ne pas les mettre là où est rangé le sel par exemple).

3) Vous avez envie de vous faire plaisir, vous vous ennuyez. Notez toutes les autres façons d’y remédier autrement que par la nourriture.

Voici quelques pistes pour vous aider, mais l’essentiel est que vous trouviez ce qui vous fait plaisir à vous…

  • Regarder un film, des photos, un paysage…
  • Ecouter de la musique, en jouer, téléphoner à une amie…
  • Prendre soin de soi : faire un soin du corps ou du visage, appliquer un lait corporel, prendre un bain…..
  • Faire du tricot, du bricolage, du jardinage, lire..

4) Si l’envie de grignoter se présente, se poser la question : est-ce une faim physique (repas précédent insuffisant ou mal équilibré) ou émotionnelle ?

Dans le cas d’une faim émotionnelle (stress, angoisse, moral dans les chaussettes…), posez-vous la question : quelle est mon émotion ? La nommer et observer comment elle se manifeste dans votre corps avec curiosité et sans jugement. L’accueillir permet déjà de mieux la réguler, demandez-vous de quoi vous auriez réellement besoin ( détente, réconfort, tendresse, attention…) ? Vous avez aussi la possibilité de manger quelque chose mais quelques « règles » sont recommandées :

  • De quoi ai-je vraiment envie ? (l’aliment qui nous attire le plus est aussi celui qui saura le mieux réduire notre état émotionnel)
  • Acceptez de le consommer sans culpabilité (la culpabilité peut pousser à en manger plus en réponse au « foutu pour foutu »)
  • Dégustez le en pleine conscience, avec vos sens et curiosité (quelle odeur ? quelle saveur ? quelle texture ? quelle température ?)
  • Mangez-en la quantité suffisante pour apaiser votre état émotionnel. (sur le mode du choix ( je choisis de manger quelque chose) on mange toujours moins que sur un mode compulsif où l’on est pas réellement maître de la situation, on la subit, ce qui peut conduire à une prise de quantités plus importante).
  • Réévaluer votre niveau de faim au repas suivant et ajuster les quantités consommées. Dans le cas d’une faim physique, privilégiez les fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes…), les fruits entiers, les produits laitiers bio (fromage blanc, petits suisses + 1 c. à café de sirop d’agave ou 1 compote sans sucre ajouté, un peu de chocolat noir à > 70% de cacao …).

5) Si vous avez un peu trop grignoté, pensez à évaluer votre niveau de faim avant le repas suivant et à réajuster vos quantités en fonction. (ex : on ne dîne pas léger parce qu’on a grignoté mais parce que notre estomac nous informe qu’il n’a pas très faim (nuance importante).

Bon courage à tous !

Oriane Garteiser, Diététicienne-Nutritionniste D.E.

Nous utilisons des cookies pour améliorer l'expérience que vous pouvez faire de notre site web. En utilisant notre site web, vous acceptez nos Directives sur les cookies. J'approuve